Ce qu’il faut connaitre avant de rénover son parquet

Vous vous demandez comment remettre à neuf votre parquet ancien ? Nous vous expliquons ici les 3 étapes indispensables pour rénover un parquet en bois massif ou contrecollé. Rénover un parquet a souvent un coût plus faible que de le remplacer complètement. Et puis surtout, votre ancien parquet donne à coup sûr du cachet à votre pièce ; il serait dommage de vous en séparer.

renovation parquet

Faire l’état du parquet

Pour rénover son parquet, il faut tout d’abord connaître son type de bois (bois massif, semi-massif ou contrecollé) et sa finition (huilé, ciré ou verni).

Notez que pour rénover un parquet stratifié, il n’y aura pas d’autre choix que de le remplacer.

Si vous avez des doutes pour identifier le bois ou la finition de votre parquet, n’hésitez pas à contacter un professionnel.

Commencez par évacuer les meubles de la pièce, dépoussiérer et nettoyer les sols.

Inspectez minutieusement les lames de bois qui constituent le plancher. Repérez tous les trous et toutes les fissures et remplissez-les avec de la pâte à bois pour obtenir une surface bien plane.

Le ponçage permettra d’éliminer toutes les rayures, taches et autres salissures qui se sont incrustées à force de passages répétés.

L’étape indispensable : le ponçage du parquet

Rénover un parquet démarre par l’étape indispensable du ponçage. C’est ici que vous allez redonner un coup de jeune à votre beau parquet.

En effet, en plus de ce qui a été dit plus haut à propos de la saleté, poncer le parquet sert aussi à enlever toutes les anciennes couches de vernis, de colle ou de peinture.

Le parquet massif peut être poncé autant de fois que son épaisseur le permet. Pour le contrecollé, la couche possible à poncer est beaucoup plus fine.

Voici la liste des outils nécessaires pour cette rénovation :
– des lunettes de protection pour les yeux
– un casque anti-bruit pour les oreilles
– un masque de protection pour les poussières
– une cale en bois recouverte de papier de verre
– une ponceuse à parquet
– des abrasifs adaptés à la ponceuse
– un aspirateur
– un chiffon humide ou une serpillière

Poncez 3 fois en commençant avec un gros grain de papier abrasif en premier lieu. Puis, passez à un grain moyen et enfin à un grain fin pour terminer.

Pour les endroits difficiles d’accès, à chacun de ces trois passages, utilisez la cale en bois avec du papier de verre du même type de grain que la ponceuse.

Les défauts de votre parquet ont à présent disparu. Attention, avant d’aller plus loin, procédez à nouveau au dépoussiérage de ce “bois nu” avec un balai puis avec l’aspirateur.

Avec un chiffon humide ou la serpillière, passez enfin sur toute la surface de votre parquet pour vous assurer que tous les résidus du ponçage ont bien été éliminés.

Si vous souhaitez faire appel à un professionnel pour cette étape, je vous conseille entretien 06.

Les finitions du parquet : vitrification

Vous venez de procéder à l’étape de ponçage, vient maintenant la dernière étape, l’application du vernis protecteur.

Il s’agit de la vitrification, une étape importante qui sert à protéger durablement le bois des dégâts et usures du quotidien. Ce choix permet aussi d’entretenir un parquet plus facilement.

Si le parquet à traiter fait l’objet d’un passage intensif, appliquez un vitrificateur dit bi-composants, un produit contenant de la résine et un durcisseur. Les vitrificateurs monocomposants sont plutôt destinés à une application sur des endroits moins fréquentés, le durcisseur étant déjà dans le produit.

Vous pourriez envisager de modifier l’aspect naturel du bois en le teintant selon vos goûts. Si c’est votre souhait, renseignez-vous bien auprès de connaisseurs pour éviter les mauvaises surprises.

Notez que s’il y a deux autres finitions possibles pour rénover un parquet, comme l’huile ou la cire, il s’agit ici de détailler uniquement la pose d’une finition vitrifiée. Pour cela, rassemblez les outils suivants :
– des gants pour les mains
– un vitrificateur, qui est donc le film incolore de protection
– un rouleau ou un pinceau large en soie, aussi appelé spalter
– une cale recouverte de papier de verre fin

1. Votre pièce doit être peu chauffée avec une température comprise entre 15 et 20 degrés.
2. Démarrez votre travail à l’opposé de la pièce, afin de ne pas à avoir à marcher sur votre parquet pour sortir.
3. Enfilez des gants, secouez le pot du produit de vitrification et versez-le dans un bac à peinture.
4. Passez une première couche à l’aide du pinceau ou du rouleau. Surtout, respectez bien le sens du bois. Cette couche sert à améliorer l’accrochage du vitrificateur et à boucher les pores du bois pour le rendre plus étanche.
5. Il faut maintenant laisser sécher durant 24h.
6. Opérez un léger ponçage sur votre parquet pour que la seconde couche tienne bien.
7. Dépoussiérez et appliquez ensuite la seconde couche de produit.
8. Égrenez de nouveau avec du papier de verre. Renouveler le dépoussiérage.
9. Passez maintenant la nouvelle couche de vitrificateur.

Bravo, vous avez maintenant rénové un parquet ancien ! Cependant, ne nettoyez pas immédiatement vos sols avec de l’eau, patientez au minimum 2 semaines. Prenez soin de votre travail en entretenant ensuite votre parquet régulièrement.

Pensez à investir dans une monobrosse à parquet, très simple d’utilisation et très efficace pour lustrer vos parquets et garder vos sols brillants.

Avec ces quelques conseils de pro, vous avez pu récupérer votre joli parquet soumis à rude épreuve. Grâce à vos efforts, vous avez préservé le charme et l’authenticité de votre vieux parquet. Optez pour un parqueteur est une autre option pour rénover un parquet et vous garantir une pose de parquet soignée sans prise de tête.